Compte-rendu de la délégation au ministère du lundi 9 mai 2016

Suite à un courrier commun, envoyé le 14 mars 2016, demandant un rendez-vous au ministère de la culture et de la communication pour parler de la situation de l’Ina, les délégations des 3 syndicats CGT, CFDT, F0, ont été reçues lundi 9 mai 2016 au ministère de la Culture et de la Communication par Karine Duquesnoy, conseillère sociale de la ministre et Romain Laleix, conseiller chargé de l’audiovisuel et du cinéma.

La délégation CGT était composée de Françoise Lamontagne, Christine Perrier, Philippe Raynaud.

La CGT a clairement fait savoir son opposition à la révision d’accord d’entreprise voulue par le président Vallet après seulement 3 ans d’existence alors que les Tutelles l’avaient avalisé : où est la cohérence ? Quelle valeur peut-avoir après cela la parole de l’État ?

Cette révision est inacceptable sur le fond comme sur la forme : le président de l’Ina n’a même pas pris la peine de respecter les règles de la révision, bloquant le versement de l’augmentation du 1,1%, pratique illégale dénoncée par l’Inspection du travail qui a contraint le Président à reculer sur ce point. Au passage, nous avons dit trouver inadmissible qu’en CE, un président d’entreprise publique laisse entendre qu’il allait faire pression sur la hiérarchie de l’Inspecteur du travail pour qu’il revienne sur sa décision !

Alors que cette révision absorbe les énergies qui devraient être employées pour développer l’entreprise, nous constatons qu’hélas, L. Vallet n’a présenté aucun projet structurant et qu’il ne s’engager pas plus que ses prédécesseurs dans le dossier de la GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), travail indispensable pour anticiper l’après PSN... Le découragement et la colère des salarié.es de l’Ina sont grands. Après avoir vu passer 3 président.es depuis 2014, dont 2 présidences catastrophes depuis 2010, nous espérions avoir quelqu’un capable de remettre l’entreprise en bonne voie. Nous avons devant nous un comptable sans perspective qui exerce une gestion bureaucratique et tatillonne entravant la bonne marche du travail. Nous avons insisté sur les effets délétères de l’application du règlement intérieur des achats (RIA), sur l’application du contrôle des achats qui alourdissent les procédures et en viennent à entraver le fonctionnement de l’entreprise ! Sans parler (et nous en avons parlé …) des réorganisations de services, directions transformées en départements sans que les salariés perçoivent projets précis et perspectives.

D’autre part, concernant la révision, la remise en cause de l’augmentation générale et des mécanismes de garanties pour le développement des carrières est totalement inadmissible. Nous avons dénoncé l’indécence que représente une révision permettant à la direction d’aller puiser dans

une enveloppe de 92000 euros une somme servant aux augmentations individuelles alors que les tutelles sont restées muettes sur les chèques de départ versés à certains cadres dirigeants sans parler des dépenses de prestiges et autres turpitudes. Ce ne sont pas des augmentations de salaires mesurées et justifiées qui menacent l’avenir de cette entreprise ! En outre, la Direction joue sur les non-remplacements, les délais de remplacement (alias « frottements »). Aujourd’hui, l’Ina a réalisé une économie d’environ 600.000 euros sur les dépenses de salaire autorisées par le COM pour 2015, nous sommes donc déjà en-deçà du plafond autorisé : malgré cela, il faudrait encore réduire l’enveloppe salariale ?

Nous avons posé au ministère une question qui résume tout : Comment voit-il l’avenir et le rôle de l’Ina ?

Ce sont des réponses qui se voulaient rassurantes mais convenues qui nous ont été faites : L’Ina a toute la confiance du ministère, le futur de l’Ina est spécifié et garanti par le COM…

Nous leur avons demandé quels projets ils voyaient émerger et la réponse fut….. La chaîne d’informations (initiée par la présidente de France-Télévision). Nous leur avons répondu qu’on ne pouvait qualifier cela de projet Ina (d’ailleurs, tellement essentiel qu’il n’a toujours pas été présenté pour avis en Comité d’Entreprise ….).

Nous avons conclu après 1h15 d’entretiens, alors que la conseillère sociale proposait de nous revoir, que si le projet de révision aboutissait au bradage de nos acquis, les salariés s’inviteraient aussi devant le ministère.

À suivre….

Derniers communiqués

Objectifs ?? Résultats??

Une pseudo négociation sur la partie rémunération du projet d’accord d’entreprise (ACE) s’est tenue jeudi matin 2 juin. Depuis sa décision de réintroduire un point d’indice dans le projet de système salarial, la direction n’a même pas daigné corriger son projet initial et le renvoyer modifié...

Préavis de grève - Jeudi 12 mai 2016

- Pour le retrait du projet de loi El Khomri - Assurance Chômage - Contre la remise en cause de l'accord collectif en vigueur à l'Ina

Journée de solidarité : la CGT continue d’être contre le travail gratuit !

La négociation sur la journée de solidarité s’est soldée par une décision unilatérale de l’employeur consistant comme les années précédentes à faire travailler les salarié(e)s de l’Ina le lundi de Pentecôte.

Risques psychosociaux : une négociation... en souffrance

Dégradation des conditions de travail, réorganisations permanentes et aux conséquences néfastes, déménagements incessants et aménagements nocifs, outils inadaptés et souvent en panne, interrogations sur le contenu et le sens du travail, management rarement à la hauteur et soumis à diverses pressions... A l’Ina, les causes possibles de risques psychosociaux (RPS) sont nombreuses et connues depuis longtemps. La négociation menée sur les RPS à l’Ina entre décembre 2014 et février 2016, dans laquelle la CGT s’est beaucoup impliquée, aboutit néanmoins à un projet d’accord qu’elle ne peut aujourd’hui signer.

Négocier la baisse des salaires ???

Dans le cadre de la négociation sur l’accord collectif d’entreprise (ACE), la direction vient d’adresser une nouvelle proposition réintégrant le principe du point d’indice, après avoir voulu l’écarter. Et ceci sans la moindre explication – ce qui ne peut qu’éveiller notre inquiétude.

Nouvelles du monde

Confédération

Egal à lui-même, Z le Youtuber CGT s'attaque à l'histoire de Mylène Palisse. Cette conseillère pénitentiaire d'insertion et de probation et élue CGT risque jusqu'à la révocation pour s'êt…
Après avoir massivement fait grève le 25 novembre dernier, les agents de la Banque de France étaient appelés à faire une nouvelle journée d'action unitaire (CGT, FO, SNA, CFDT, CFTC, Syndicam) ce mardi 6 dé…
Formation, santé, culture...Nos revendications pour les TPE
Le 29 novembre 2016, le Groupe Charles André, un des principaux transporteurs français, qui demandait 307.000 euros de dommages et intérêts aux syndicats à l'origine de blocages routiers en 2015, a été d&eac…
Novembre 2016 : Nous, soussignées, organisations de la société civile d'Europe et du Canada, tenons à exprimer ici notre profonde inquiétude par rapport à l'Accord économique et commercial global (AÉ…